Marine Ecology Center

Pays d'action : Indonésie Domaine d'intervention : Environnement

Localité :

Labuan Bajo / Indonésie

Domaine d'intervention :

Environnement

Population cible :

Les bénéficiaires directs identifiés lors de la planification du projet sont ceux qui ont effectivement bénéficié du projet. Il s'agit des 4 pêcheurs : Dula, Basrin, Muslim et Sarul. Le manager local a également été impliqué dans le projet, il gère l'ensemble des activités et a désormais une maîtrise avancée de l'anglais et des capacités managériales. Trois professeurs ont été initialement recrutés. Les enfants assistent chaque semaine à des enseignements de qualité, dispensés par ces enseignants. Les cours sont répartis de la manière suivante : 5 jours par semaine dans 10 classes de 36 enfants dans l'établissement scolaire de Labuan Bajo. Il y a également un cours d'écologie marine tous les dimanches, avec 20 élèves, dans les locaux du Marine Ecology Center construits à cet effet à Labuan Bajo. Les enfants qui assistent aux leçons du dimanche sont les enfants déscolarisés. Cela correspond à un total de 380 enfants à Labuan Bajo. A Seraya Kecil, il y a deux classes (niveaux 5 et 6), avec 18 étudiants. A Seraya Besar, il y a 3 classes (niveaux 4, 5, 6) avec 12 étudiants par classe. Les différents acteurs locaux initialement identifiés ont effectivement bénéficié du projet car son lancement a créé différents types de flux : construction (des bâtiments), transport (acheminement des écovolontaires par bateau donc achat de carburant par exemple), services (location de logement dans des "lodges" locales pour les écovolontaires etc).

Porteur du projet :

CORAL GUARDIAN

Partenaire local :

ECO FLORES (Association)

Partenaire(s) technique(s) et organisationnel(s) :

Gouvernement Régional Manggarai Barat

Budget total du projet :

61082€

Partenaires Financiers :

  • Publiques
    • Region IDF
    • Département Essonne - Coopération décentralisée
  • Privés
    • Agence des Micro-Projets
    • Agir Sa Vie
    • Impala Avenir
    • GUIDE
    • RedSea
    • 1% Pour la planète

Date de lancement du projet :

08/08/2017

Date de fin du projet :

31/12/2018

Résumé du bilan

Le Marine Ecology Center a été mené avec succès, bien que les aléas du terrain et de la vie en Indonésie ont conduit à des ajustements du projet. Les bâtiments sont construits et peuvent accueillir les élèves du Marine Ecology Center. Les enfants de Seraya Besar et Seraya Kecil assistent à des cours sur l'écologie marine en anglais régulièrement. Les pêcheurs devenus coraliculteurs suivent également des cours d'anglais et progressent dans leur pratique de la langue. La mise en place d'une activité génératrice de revenus est en cours. D'une part, des écovolontaires peuvent venir sur le terrain et participer aux efforts de conservation marine pendant 1 à 2 semaines et, d'autre part la création d'une structure associative indonésienne est presque finalisée, permettant aux pêcheurs d'accueillir des écotouristes à la journée. Le Marine Ecology Center a permis à l'association de transférer aux communautés locales des compétences nécessaires à leur autonomie, tant d'un point de vue environnemental que financier. Ce projet est également le point de départ d'une réflexion à plus long terme destinée à valoriser le travail réalisé par les pêcheurs de Seraya Besar. Ainsi, le Marine Ecology Center a conduit Coral Guardian à imaginer un projet de centre de formation, dit le Blue Center. Ce centre a vocation à accueillir des porteurs de projet, à leur transmettre les savoirs requis pour mettre en oeuvre des projets de conservation marine participative et ainsi répliquer le modèle Coral Guardian.

Bénéficiaires

Nombre de bénéficiaires directs

  • Prévu : 81
  • Réel : 460
Explication des écarts:
Initialement, il n'était pas prévu que la professeure d'anglais Imaculada donne des cours à Labuan Bajo. Les effectifs des classes sont plus importants dans l'école de cette ville, ce qui explique l'écart important entre le nombre de bénéficiaires prévu et réel. 1 manager local 4 pêcheurs 3 professeurs d'anglais 36 bénéficiaires à Seraya Kecil (2 classes de 18 élèves) 36 bénéficiaires à Seraya Besar (3 classes de 12 élèves) 360 bénéficiaires à Labuan Bajo (10 classes de 36 élèves) 20 bénéficiaires à Labuan Bajo (1 classe de 20, dans les locaux du Marine Ecology Center)

Nature des bénéficiaires directs

  • Prévu : Les bénéficiaires directs sont les 4 pêcheurs formés et employés pour la gestion du projet sur le long terme. Ce sont des habitants de Seraya Besar sélectionnés selon des critères déterminés. Parmi les bénéficiaires directs, il faut également compter le manager local qui prendra en main la gestion du projet dans son intégralité, les 2 professeurs d'anglais employés, les bénéficiaires des cours d'anglais dispensés dans l'école du village (1 professeur pour les enfants, 1 professeur pour les adultes), et les enfants des classes qui viendront sur l'île assister aux programmes de sensibilisation à l'écologie marine. Soit un total de 7 adultes, 50 élèves de Seraya Besar et 24 élèves de Seraya Kecil. Les habitants de Seraya Besar sont les premiers impactés par les pressions locales sur les écosystèmes marins, et probablement les seuls à pouvoir remédier à ces problèmes. Nous apportons à certains d'entre eux directement les connaissances et les compétences par le biais des formations théoriques et pratiques. Les bénéficiaires directs sont aussi les différents acteurs locaux impactés par les retombées économiques directes provenant des investissements techniques et mobiliers et des frais de mission (matériaux, transport, sous traitance locale etc.).
  • Réel : Les bénéficiaires directs identifiés lors de la planification du projet sont ceux qui ont effectivement bénéficié du projet. Il s'agit des 4 pêcheurs : Dula, Basrin, Muslim et Sarul. Le manager local a également été impliqué dans le projet, il gère l'ensemble des activités et a désormais une maîtrise avancée de l'anglais et des capacités managériales. Trois professeurs ont été initialement recrutés. Les enfants assistent chaque semaine à des enseignements de qualité, dispensés par ces enseignants. Les cours sont répartis de la manière suivante : 5 jours par semaine dans 10 classes de 36 enfants dans l'établissement scolaire de Labuan Bajo. Il y a également un cours d'écologie marine tous les dimanches, avec 20 élèves, dans les locaux du Marine Ecology Center construits à cet effet à Labuan Bajo. Les enfants qui assistent aux leçons du dimanche sont les enfants déscolarisés. Cela correspond à un total de 380 enfants à Labuan Bajo. A Seraya Kecil, il y a deux classes (niveaux 5 et 6), avec 18 étudiants. A Seraya Besar, il y a 3 classes (niveaux 4, 5, 6) avec 12 étudiants par classe. Les différents acteurs locaux initialement identifiés ont effectivement bénéficié du projet car son lancement a créé différents types de flux : construction (des bâtiments), transport (acheminement des écovolontaires par bateau donc achat de carburant par exemple), services (location de logement dans des "lodges" locales pour les écovolontaires etc).
Explication des écarts:
Trois professeurs ont été recrutés au début du projet. Il s'agit de 2 femmes (Imaculada et Kartini) et d'un homme (Ros), ce dernier était déjà professeur dans le village de Seraya Besar. Il avait paru nécessaire à l'époque de leur recrutement, de faire appel à 3 personnes et non pas 2 compte tenu du grand nombre d'élèves. Actuellement, seule une femme (Imaculada) est professeure d'anglais pour Coral Guardian. Employer 3 personnes représentait une charge financière trop élevée. Les classes sont composées de grands effectifs en Indonésie, il est apparu important de se conformer à la pratique d'enseignement locale, et donc respecter les effectifs classiques, ainsi que la répartition déjà effectuée des élèves au sein des classes. Un tel nombre d'élèves est considéré comme normal sur l'île de Florès. Il est également plus simple de dispenser une formation à l'écologie marine unifiée et cohérente lorsqu'un seul professeur assure l'enseignement de la discipline. Ce choix permet également de financer un poste à temps plein, plus stable, à une personne. dans la démarche d'autonomisation du projet en Indonésie il est prévu que l'écotourisme, comme AGR, couvre les frais liés à la professeure. Il est prévu que le projet soit en grande partie financé grâce aux AGR mises en place, auxquelles s'ajouteront des subventions du gouvernement local.

Critères de sélection des bénéficiaires directs

  • Prévu : Les bénéficiaires seront sélectionnés sur les critères suivants: - habitants du village de Seraya Besar - élèves des écoles de Seraya Besar et Seraya Kecil
  • Réel : Les critères de sélection ont été revus après avoir identifié des bénéficiaires à Labuan Bajo, d'une part au sein d'un établissement scolaire et d'autre part parce qu'il y a des enfants déscolarisés en demande d'apprentissage.
Explication des écarts:
Cette modification des critères de sélection est intervenue après avoir débuté les premières leçons, d'autres enfants ont été identifiés comme intéressés. Il a donc fallu élargir les critères de sélection.

Nombre de bénéficiaires indirects

  • Prévu : 1150
  • Réel : 1150
Explication des écarts:
Il n'y a pas eu d'écarts entre les critères de sélection des bénéficiaires indirects prévus et les critères de sélections des bénéficiaires réels.

Nature des bénéficiaires indirects

  • Prévue : Les bénéficiaires indirects sont les 600 habitants du village de Seraya Besar, les 150 habitants de Seraya Kecil , qui ne bénéficient pas directement des formations mais qui sont sensibilisés et assistent à certaines activités> Il s'agit, pour la grande majorité, de pêcheurs et de leurs familles. Les bénéficiaires indirects sont également l'ensemble des acteurs interagissant avec le village mais surtout les touristes qui vont être accueillis au Marine Ecology Center, estimé à 500 par an.
  • Réelle : Parce que le projet, avant d'être mis en place, avait fait l'objet d'un long travail préparatif, les critères de sélections des bénéficiaires étaient pertinents et ont été ainsi respectés.
Explication des écarts:
La nature des bénéficiaires indirects initialement prévue a été correctement prévue, il n'y a donc pas eu d'écart.

Activités menées

Les infrastructures du Marine Ecology Center sont situées à Labuan Bajo, au dessus des bureaux de Coral Guardian déjà abrités dans le bâtiment. Des travaux ont été effectués pour édifier les murs à l'étage supérieur (au troisième niveau), dans le respect de l'architecture traditionnelle locale. Les immeubles traditionnels peuvent être comparés à une "loggia" (pièce d'un bâtiment, situé à l'étage, ouverte et/ou donnant vue sur l'extérieur) : abrités d'une toiture, les murs sont constitués de parois amovibles et surplombent le port de Labuan Bajo. Les enseignements dispensés dans le cadre du Marine Ecology Center ont actuellement lieu dans les établissements scolaires de Labuan Bajo, Seraya Besar et Seraya Kecil. Chaque dimanche, des cours sont donnés dans les nouveaux bâtiments à destination des élèves déscolarisés ; y sont également dispensés des cours d'écologie marine en anglais, par Imaculada. Le centre est équipé de chaises et d'un tableau. Le programme de sensibilisation à l'environnement marin a été mis en place dans les écoles. Aujourd'hui, les élèves assistent uniquement à une formation théorique. Les écoles de Seraya Besar, Seraya Kecil et Labuan Bajo participent au programme, Imaculada enseigne dans les deux établissements. Le programme a été élaboré grâce à du contenu disponible en ligne. La professeure se rend dans les deux villages, en bateau ("ketingting", un petit bateau de pêche) pour aller d'un village à l'autre. Les cours d'anglais à Seraya Besar ont lieu le samedi matin, à 11h. Les cours à Seraya Kecil ont lieu le samedi matin à 9h. Le programme de sensibilisation est moins long qu'initialement prévu. Les cours d'anglais à Labuan Bajo (dans l'école) ont lieu pendant 1 heure, les lundis, mardis, mercredis, jeudis et vendredis. Les cours au Marine Ecology Center ont lieu le dimanche, pendant 1 heure, de 8 heures à 9 heures. Pour les cours d'anglais dispensés aux 4 pêcheurs, parce qu'ils avaient lieu sur l'île d'Hatamin, les pêcheurs et le professeur d'anglais s'y rendaient en bateau. Un rapport de la professeure d'anglais, envoyé régulièrement au coordinateur local, est joint au dossier de suivi. Un exemple de rapport est en annexe du bilan. - du 05/05/2017 au 16/01/2018
Les enseignements liés au Marine Ecology Center ont lieu dans les bureaux construits à cet effet, une fois par semaine, mais aussi dans l'enceinte des écoles à Seraya Besar, Seraya Kecil et Labuan Bajo. Les enseignements prévus dans le cadre du projet ont donc été mis en place et sont effectivement dispensés, sur la base du programme annuel. Seuls certains des élèves bénéficiaires du projets se rendent dans les locaux construits.
Les villageois ont une meilleure maîtrise de la langue anglaise, ils sont désormais en mesure d'échanger avec les écovolontaires et touristes et de se faire comprendre tant pour les échanges courants que sur les sujets liés à la coralliculture. Ils ont eu des cours en janvier, février et mars 2017, une fois par semaine. Les cours étaient dispensés par l'un des trois professeurs, Kartini. Les cours étaient répartis ainsi : 2 heures le lundi, 2 heures le mercredi. Ils avaient lieu sur l'île d'Hatamin. A Seraya Kecil, il y a 2 classes de 18 élèves âgés de 8 à 12 ans. A Seraya Besar, il y a 3 classes de 12 élèves, âgés de 8 à 12 ans. Les cours ont lieu le samedi matin. A l'école de Labuan Bajo, les cours sont dispensés lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, pendant 1 heure, pour 10 classes de 36 élèves. Au Marine Ecology Center, les cours ont lieu le dimanche auprès d'une classe de 20 élèves. Les élèves apprennent les bases de l'environnement marin, sa faune, sa flaure. Ces cours sont l'occasion de travailler la pratique de la langue, grâce à des ateliers d'expression orientés autour de la connaissance du milieu marin. - du 08/08/2017 au 31/12/2018
3 professeurs ont été initialement recrutés, actuellement 1 enseignante est en poste. Les habitants possèdent de plus en plus de vocabulaire basique relatif à l'écologie marine et aux écosystèmes associés. L'équipe locale est effectivement en mesure de présenter des activités de conservation marine en anglais, seul un pêcheur a plus de difficultés avec l'apprentissage de la langue.

La valorisation du récif corallien restauré via des Activités Génératrices de Revenus (AGR) pérennes est en cours. Les acteurs du tourisme de la région ont été identifiés et approchés. Cette activité nécessite la mise en place d'une structure juridique locale de type associative (dite "yayasan"). La procédure d'enregistrement est encore en cours et devrait être achevée à la fin de l'année 2018. L'Aire Marine Protégée (AMP) a été créé. Elle est matérialisée par une ligne de bouées, le nombre de bateaux qui y pénètre est consigné dans un cahier et son accès est gratuit. La réalisation d'un business plan et la formation du manager local sont le fruit d'un accompagnement qui a débuté en même temps que le projet Marine Ecology Center. Ces activités se poursuivent aujourd'hui. En effet, l'accompagnement de l'équipe au développement d'une activité écotouristique se matérialise en 2018 par une mission effectuée par une bénévole de l'association. Ce déplacement a pour objectif d'achever la formation de l'équipe et tout particulièrement du manager local à la gestion et aux démarches administratives de la structure locale. Actuellement, c'est un programme d'écovolontariat qui sert d'AGR aux équipes locales. L’objectif du programme d’écovolontariat est de mieux faire connaître la biodiversité marine, de démontrer qu’elle peut susciter l’intérêt de tous et de convaincre de l’importance de sa préservation. L’association offre au grand public la possibilité de se rendre en Indonésie, sur les lieux du projet, afin de participer aux travaux de restauration marine. Les écovolontaires découvrent alors la coralliculture, prennent conscience de la fragilité des environnements marins dont dépendent les communautés côtières. Les écovolontaires contribuent de deux manières au projet. D’une part, ils participent financièrement et aident ainsi à l'autonomisation financière des population (activité génératrice de revenus). D’autre part, ils prêtent main-forte aux activités de restauration. Lorsque la création de la yayasan sera terminée, l'activité écotouristique journalière pourra être mise en place. Elle interviendra en complément du programme d'écovolontariat. - du 05/09/2017 au 31/12/2018
La création d'une structure légale n'est pas encore finalisée. L'identification des membres du bureau s'est avérée contraignante et longue. La majorité des démarches a été effectuées (raison sociale, compte en banque), il ne reste qu'un document à fournir (ce document étant lié à la composition de l'association en France et donc devant être officiellement traduit est long à obtenir). Elle sera entièrement effective à la fin de l'année 2018. Le manager et l'équipe locale encadrent et gèrent en autonomie les activités. Les partenariats avec les acteurs locaux sont en cours et seront formalisés dès la création de la structure légale. L'aire marine protégée est délimitée et matérialisée par des lignes de bouées. Le projet est en cours d'autonomisation financière.

Effets

Effets du projet positifs prévus

Les élèves du Marine Ecology Center sont satisfaits du programme et la sensibilisation est au rendez-vous. Cet effet se manifeste par un grand enthousiasme des étudiants lors des leçons.

Effets du projet positifs imprévus

L'effet principal que l'association a observé est un intérêt plus élevé qu'initialement prévu pour la formation et les ateliers proposés. Cet effet a été particulièrement marquant à Labuan Bajo où il a fallu prévoir des créneaux d'enseignement supplémentaires. Afin de proposer un enseignement de meilleure qualité, l'association a pu proposer un emploi temps plein à une professeure.

Effets du projet négatifs prévus

NA

Effets du projet négatifs imprévus

Afin de proposer un enseignement de meilleure qualité, avec un meilleur suivi, l'association a dû réduire les effectifs d'enseignants, au détriment de deux personnes.

Apprentissages et leçons tirées

Le déploiement du Marine Ecology Center a mis en lumière différents éléments. D'une part, Coral Guardian a pris conscience de l'importance d'assurer un suivi régulier de ses projets à travers des indicateurs précis et des outils fiables. Ces éléments ont mis du temps à être définis dans le cadre de ce projet. L'association a également repensé sa façon d'aborder le travail et le lien avec l'équipe locale, afin de s'adapter à des modes de fonctionnement, de travail et un rapport au temps différents. D'autre part, le Marine Ecology Center a permis à l'association de penser sur le long terme ses programmes et sa présence sur le terrain. Ainsi, ce projet a conduit à en concevoir un autre dans une perspective de valorisation et de réplication du modèle Coral Guardian. L'association va ainsi ouvrir un centre de formation à la conservation marine participative, dédié aux porteurs de projet, appelé le Blue Center. Ce centre permettra de valoriser le travail réalisé par les acteurs locaux depuis 2016 car c'est eux qui seront formateurs et qui accueilleront les porteurs de projet. De plus, les formations dispensées permettront de transmettre le savoir et le modèle de conservation marine participative de Coral Guardian, qui a fait ses preuves.

Projets similaires

Reforestation communautaire et agroforesterie en Colombie

Printemps 2014
Budget : 28500€
Thématique : Environnement
Pays : Colombie
Je découvre

Cuiseurs solaires pour l’Altiplano bolivien-année 2014

Printemps 2014
Budget : 11300€
Thématique : Environnement
Pays : Bolivie
Je découvre

Production d’huiles essentielles en Equateur

Printemps 2013
Budget :
Thématique : Environnement
Pays : Équateur
Je découvre

Commentaires