développement des cultures maraichères irriguées dans le canton de kornaka

Pays d'action : Niger Domaine d'intervention : Agriculture

Localité :

Canton de Kornaka / Niger

Domaine d'intervention :

Agriculture

Population cible :

La quarantaine de femmes des 7 groupements, particulièrement impliquées dans l'exploitation du site, et leurs familles

Porteur du projet :

Ifs Solidarité Sahel

Partenaire local :

Association des Communes du Canton de Kornaka (Association)

Partenaire(s) technique(s) et organisationnel(s) :

Délégation d'Eau Vive au Niger

Budget total du projet :

17250€

Partenaires Financiers :

  • Publiques
    • Indéfini
  • Privés
    • Agence des Micro-Projets
    • Association Kascad
    • Fondation Legallais

Date de lancement du projet :

22/12/2014

Date de fin du projet :

30/09/2015

Résumé du bilan

Ce projet devait soutenir et promouvoir le développement des cultures maraichères irriguées comme outils de renforcement de la sécurité alimentaire dans le canton de Kornaka, en appuyant la production sur un site pilote (appui, formation et suivi des exploitantes et adaptation du site). Les résultats ont été excellents, avec une bonne mobilisation et organisation des femmes autour d'une action commune ; une production satisfaisante de pommes de terre, laitue, aubergine, chou et moringa ; et une réelle amélioration de l'éducation à la diversité alimentaire dans les villages.

Bénéficiaires

Nombre de bénéficiaires directs

  • Prévu : 40 familles, soit envrion 400 personnes
  • Réel : 400
Explication des écarts:
Les bénéficiaires directs ont bien été la quarantaine de femmes des 7 groupements, particulièrement impliquées dans l'exploitation du site, et par conséquent leurs familles, soit environ 400 personnes.

Nature des bénéficiaires directs

  • Prévu : Les bénéficiaires directs sont les 40 familles qui bénéficient de l'exploitation du site pilote de Mayara, et en particulier les femmes membres des 7 groupements féminins qui participent à l'exploitation du site.
  • Réel : La quarantaine de femmes des 7 groupements, particulièrement impliquées dans l'exploitation du site, et leurs familles
Explication des écarts:
Les bénéficiaires directs ont bien été la quarantaine de femmes des 7 groupements, particulièrement impliquées dans l'exploitation du site, et par conséquent leurs familles, soit environ 400 personnes.

Critères de sélection des bénéficiaires directs

  • Prévu : Le site maraicher de Mayara a été choisi en fonction de ses potentialités. Il est riche en matières organiques et les groupements qui l'exploitent sont dynamiques et bien organisés. Actuellement, 7 groupements féminins exploitent ce site. Toutes les femmes membres de ces groupements n’exploitent pas directement le site : une quarantaine d'entre elles sont concernées, sur la base du volontariat. Il s'agit principalement de membres du bureau des groupements féminins concernés.
  • Réel : La quarantaine de femmes ayant suivi la formation n'a pas été sélectionnée, il s'agissait de femmes volontaires, qui se sont naturellement distinguées des autres femmes des 7 groupements, par leur envie d’en apprendre plus sur les techniques de maraîchage.
Explication des écarts:
Les critères de sélection et la sélection elle-même ont été respectés

Nombre de bénéficiaires indirects

  • Prévu : 500 familles, soit environ 5000 personnes
  • Réel : 50000
Explication des écarts:
Les émissions de radio ont probablement touché plus de 50 000 habitants, car la radio intercommunale Gyaré est diffusée sur l'ensemble du territoire intercommunal du canton de Kornaka qui compte près de 400 000 habitants. 1 000 habitants ont été sensibilisés de façon plus rapprochée, lors de la projection du reportage au cours des Journées Intercommunales.

Nature des bénéficiaires indirects

  • Prévue : Les bénéficiaires indirects sont les habitants du canton de Kornaka susceptibles de développer ce type de cultures à l’avenir, et donc en particulier les familles touchées par les actions de sensibilisation et de promotion des cultures maraichères irriguées.
  • Réelle : Les habitants du canton de Kornaka touchés par les actions de sensibilisation et de promotion des cultures maraîchères.
Explication des écarts:
Il n'y a pas eu d'écart entre ce qui était prévu et ce qui a été réalisé

Activités menées

Les activités ont été lancées en décembre 2014, avec un nouvel appui en matériels (arrosoirs, houes, râteaux, pelles, etc) et en semences (moringa, laitue, poivrons, carottes, aubergines, oignons, pomme de terre, tomates, choux, maïs, etc). - du 22/12/2014 au 28/12/2014
Les exploitantes ont disposé du matériel nécessaire pour pouvoir travailler convenablement sur le site et des semences améliorées utiles pour couvrir entièrement la campagne 2014-2015
Encadrement technique et formation. L’encadrement des groupements féminins travaillant sur le site de Mayara avait été initié l’année précédente. Cette année, la formation aux techniques de production et le suivi régulier de proximité, ont encore été approfondis. - du 22/12/2014 au 29/05/2015
La trentaine d'exploitantes ayant suivi la formation a maintenant une connaissance approfondie des techniques nécessaires pour assurer la production tout au long d'une campagne maraîchères : techniques d'irrigation et besoins en eau des différents cultures ; adaptation au calendrier des cultures ; performance des techniques de semis et de repiquage ; assolement adapté ; utilisation adaptée des pesticides et engrais... Les exploitantes formées ont commencé à transmettre leurs connaissances aux autres femmes travaillant sur le site.
Aménagement du site. Le site a été clôturé avec un grillage solide, pour éviter l’intrusion de bêtes sauvages ou domestiques, pouvant endommager les plants. Le puits du site a également été réhabilité pour améliorer la disponibilité en eau. Pour cela le puits a été curé et un système d'écoulement gravitaire a été installé pour drainer l'eau jusqu'à cinq bassins secondaires, plus proches des cultures. - du 06/04/2015 au 18/09/2015
Le site est protégé par une clôture solides. La production a été améliorée grâce à la réhabilitation du puits. La pénibilité du travail d’exhaure sera réduite à partir de la prochaine campagne de maraîchage, grâce au système d'écoulement gravitaire.
Promotion du maraîchage. Des messages sur les avantages des cultures maraîchères et l’opportunité qu’elles représentent pour les groupements féminins, ont été conçus et diffusés par les animateurs de la radio locale (radio intercommunale Gyaré). Au total 6 émissions entrecoupées de témoignages des femmes des groupements de Mayara, ont été réalisées tout au long de la durée du projet, à raison d’une émission chaque deux mois. Le reportage vidéo réalisé auprès des femmes bénéficiaires a également été diffusé pour présenter le programme à l’occasion de la Jico (Journée intercommunale). Enfin, des petites formations ont également été données aux femmes des villages de la commune de Mayara, afin d’expliquer comment utiliser les légumes maraîchers. En effet, une part importante des femmes de ces villages n'ont pas toujours l'habitude d'utiliser systématiquement ces produits. C’est par exemple le cas du chou, qui peut pourtant être utilisé dans le couscous traditionnel ou d’autres spécialités culinaires locales. - du 01/01/2015 au 30/09/2015
La communication autour des expériences réussies, et en particulier celle de Mayara, porte déjà ses fruits, puisqu'il a été constaté que les femmes du groupement du village d'Agoyi sont actuellement en train de reproduire l'expérience sur leur site de façon autonome.

Effets

Effets du projet positifs prévus

Les effets positifs du projet qui avait été prévus sont : - De meilleurs rendements en produits maraîchers pour les groupements féminins de Mayara - Un développement d'activités génératrices de revenus pour d'autre groupements du canton de Kornaca - Une meilleure prise en compte sociale de la femme dans le canton de Kornaca - Une diversification des apports nutritifs, en particulier pour les enfants, dans la zone de Mayara à court terme, et dans le canton de Kornaca a plus long terme - Une amélioration de l'adaptation de la population de Mayara aux dérèglements climatiques

Effets du projet positifs imprévus

Les bénéficiaires directes étaient les femmes des groupements de Mayara, et le projet a largement été appuyé par les acteurs locaux. Il a donc donné aux femmes un rôle réel en tant qu’acteur de l’économie locale. De plus l’implication des autorités coutumières a permis de légitimer cette action auprès de la population. Les femmes du groupement d'Agoyoyi, en découvrant l'expérience des femmes de Mayara, ont décidé de monter elles-mêmes leur projet de maraîchage. Les retombées économique, sociale et sanitaire ont donc commencé à être observées à Agoyoyi. La rapidité de reproduction de l'expérience est étonnante.

Effets du projet négatifs prévus

Aucun effet négatif n'avait été prévu

Effets du projet négatifs imprévus

Le projet a soulevé le problème de la propriété des terres. En effet le site sur lequel les aménagements ont été réalisés, appartient à un propriétaire foncier qui prête ce site aux groupements pendant la saison sèche et le récupère pendant la saison des pluies. Le problème de sécurisation des droits d’usage se pose donc, car sans contrat établi entre le propriétaire et les usagers, un litige pourrait aboutir à la perte de ce droit d’usage. Le propriétaire, connaissant ces droits, n'hésite pas à déborder largement sur la contre-saison pour terminer ses moissons. Les groupements, ne pouvant protester, n'ont pu semer qu'à partir de janvier. Au delà du fait que les femmes des groupements ne peuvent pas profiter entièrement de la contre-saison, elles ratent également l'opportunité de cultiver les plantes pérennes comme le moringa, l’aubergine, le poivron, le piment, sur toute l’année.

Apprentissages et leçons tirées

Ce projet a été une véritable réussite pour améliorer la sécurité alimentaire sur la commune de Mayara, et donner aux femmes une rôle actif dans le développement du canton de Kornaka. Cependant, malgré l'appui apporté au développement des activités des groupements de femmes de Mayara, l’accès au foncier reste un problème sérieux sur ce site. Le propriétaire du terrain pourrait à tout moment mettre en péril les acquis du projet, et l'exploitation qu'il fait du site, durant la saison des pluies, limite le développement des activités des groupements féminins sur toute l'année. Compte tenu du fait que le projet n’achète pas et ne loue pas la terre, la mairie doit prendre des mesures pour sécuriser le site aménagé de Mayara, vu les investissements réalisés. Ces mesures pourraient être l’achat ou le prêt sur une longue durée (5 à 10 ans renouvelables) Dans tous les cas, la meilleure façon pour garantir une sécurisation des droits fonciers des groupements féminins est de faire établir des actes de transactions foncières conformément aux procédures du code rural. Il est recommandé à toute personne impliquée dans un projet similaire, de clarifier le statut du site avant toute chose.

Projets similaires

Renforcement des capacités des femmes en micro-agriculture durable

Agriculture 2014
Budget : 19879€
Thématique : Agriculture
Pays : Sénégal
Je découvre

Appui à la régénération caféière dans le Sud d’Haiti

Agriculture 2014
Budget : 31909€
Thématique : Agriculture
Pays : Haïti
Je découvre

Amélioration des conditions de vie des agriculteurs en développant l’activité laitière

Automne 2012
Budget :
Thématique : Agriculture
Pays : Inde
Je découvre

Commentaires