Culture et extraction d’huile essentielle de géranium à Madagascar

Pays d'action : Madagascar Domaine d'intervention : Agriculture

Localité :

kelilalina, district d'Ambatolampy / Madagascar

Domaine d'intervention :

Agriculture

Population cible :

Les membres des six groupements de ce projet : 43 familles , soit 112 personnes avec leurs familles.

Porteur du projet :

Amitié France Madagascar

Partenaire local :

Association Tsinjo Aina (Association)

Partenaire(s) technique(s) et organisationnel(s) :

CIRDR Ambatolampy(Circonscription de Développement Rural)
CITE Ambatolampy (Centre d’Information Technique et Economique)
DRDR d'Antsirabe
AGRISUD

Budget total du projet :

34220€

Partenaires Financiers :

  • Publiques
    • Indéfini
  • Privés
    • Agence des Micro-Projets
    • Asso Amitié France Madagascar
    • Association Tsinjo Aina, partenaire principal d'AFM

Date de lancement du projet :

01/07/2014

Date de fin du projet :

31/03/2016

Résumé du bilan

Active depuis plus de vingt ans pour assurer la scolarisation des enfants d’un secteur rural des Hauts Plateaux, (Ambatolampikely), l’association Amitié France Madagascar (AFM) a constaté dans les années 2011-2012, la baisse de la fréquentation de l’école et du collège, une plus grande précarité des familles et l’insécurité alimentaire dont celle des enfants. Tels ont été les facteurs d’une réflexion d’AFM pour ce milieu rural qui avait abandonné (suite au mildiou) la culture de la pomme de terre qui se consommait sur place et était exportée à l’ile Maurice. D’où le projet d’une autre activité génératrice de revenus, par la culture du géranium pour extraction d’huile essentielle (HE). Le démarrage du projet est intervenu le 1er juillet 2014 avec la méthode suivante: constitution et formation des groupements de volontaires (encadrés par une équipe de quatre formateurs) qui s’entraident, apprennent les techniques de production. Une convention a été signée avec le partenaire local, l’association Tsinjo Aina (TA) qui pilote tout le projet en apportant une partie du financement et en trouvant l’acheteur du produit final, l’HE. AFM avait prévu une durée un peu trop courte, d’autant que suite à des évènements climatiques liés à un cyclone et des inondations, l’objectif quantitatif ne sera atteint que fin 2016, mais avec la conviction d’une pérennité acquise pour une agriculture durable. Car le géranium a engendré une impulsion pour démarrer aussi, début 2016, un projet d’agriculture familiale, - jardin et élevage de poules -, qui se développe dans le secteur, appuyé par la création d’un centre de formation où les dix techniciens formés sont impliqués. Les bénéficiaires directs, - 6 groupements, 43 familles, 112 personnes -, cultivent le géranium en fertilisant leurs sols avec leur propre compost, méthode nouvelle pour eux. La dernière mission de la Présidente d’AFM, du 19 avril au 1 mai 2016, a permis de constater que les activités prévues sont toutes réalisées ou en cours, - formation et consolidation des groupements de paysans, préparation des terrains, création de puits et de fosses à compost, plantations, bouturages, mise en place et optimisation des alambics avec la construction de son abri, distillation, plantation de mimosas et d’eucalyptus -, et que les fonds envoyés par AFM sont bien gérés par l’ingénieur chef de projet local, avec une confiance réciproque. Le suivi persistera par des missions fin 2016 et au premier semestre 2017 : les ressources tardives générées par le projet qui ont été avancées par AFM seront alors discutées pour servir notamment à la durabilité du projet continué par les groupements et d’autres en cours de constitution. En conclusion, nous pouvons affirmer que grâce à la mise en place d’une structure et d’une organisation efficaces ainsi qu’aux diverses expériences développées : • Le chef de projet a acquis un niveau d’expertise en matière de culture du géranium et distillation d’huile essentielle et va faire la capitalisation du projet, • Les techniciens maîtrisent toutes les techniques, • Les agriculteurs sont devenus professionnels pour cette culture ainsi que pour les méthodes de production d’engrais organiques utilisés aussi pour les cultures maraîchères. Ultime conclusion : tous les enfants des familles bénéficiaires du projet sont scolarisés, objectif primordial des associations Amitié France Madagascar et Tsinjo Aina !

Bénéficiaires

Nombre de bénéficiaires directs

  • Prévu : 138
  • Réel : 112
Explication des écarts:
5 groupements étaient prévus pour 58 familles; au 31/3/2016 il y a 6 groupements constitués , consolidés et formés, regroupant au total 43 familles qui représentent 112 membres.

Nature des bénéficiaires directs

  • Prévu : Les membres des cinq groupements Tsinjo Aina porteurs de ce projet : 58 familles d’exploitants agricoles, soit 138 personnes
  • Réel : Les membres des six groupements de ce projet : 43 familles , soit 112 personnes avec leurs familles.
Explication des écarts:
écarts portant sur le nombre mais pas sur la nature.

Critères de sélection des bénéficiaires directs

  • Prévu : Membres volontaires, motivés pour participer à ce projet, faisant partie des groupements de paysans consolidés et ayant déjà mené dans le passé des expériences d’amélioration de techniques agricoles.
  • Réel : Pour mettre en œuvre ses actions de développement rural, l'AFM s'appuie sur les groupements de paysans crées par l'Association Tsinjo Aina dont c'est la mission de base et selon une méthode bien précise : Dans chaque village une personne ressource est recherchée ( l'ancien, le chef du fokontany, le maire ) qui oriente vers des familles d'agriculteurs. Lors d'une première visite dans le village, l'équipe Tsinjo Aina repère les familles les plus vulnérables qui pourraient bénéficier de certaines actions d'amélioration. Une réunion appelée "animation initiale " au cours de laquelle les principes de base de constitution des groupements TA sont évoqués (solidarité, entraide, travail en commun, épargne commune, scolarisation des enfants qui est l'objectif prioritaire de TA et d'AFM) est organisée par l'équipe Tsinjo Aina. En fonction des personnes intéressés, TA recherche les plus motivés sans discrimination de sexe, religion ou autre. TA explique que pour faire partie du groupement il faut s'investir, créer un bureau, élaborer un règlement intérieur et accepter les formations nécessaires pour mettre en place le projet ( formations à la constitution et gestion du groupement, techniques selon la culture pratiquée, et celles relatives à la gestion de l'exploitation familiale) Les personnes volontaires qui acceptent ces principes font ainsi partie du groupement. Il est souvent constaté que quelques mois après, d'autres familles se manifestent, souhaitant intégrer le groupement ou en former un autre.
Explication des écarts:
Pas d'écart

Nombre de bénéficiaires indirects

  • Prévu : 396
  • Réel : 328
Explication des écarts:
Le nombre de familles est inférieur aux prévisions mais les résultats relatifs au compostage mis en place dans le cadre de la culture du géranium , incitent d'autres famille à faire du compost , en dehors de ceux qui pratiquent la culture du géranium

Nature des bénéficiaires indirects

  • Prévue : Enfants des 58 familles (196) , autres membres des familles ( 185) Techniciens agricoles qui renforceront leurs compétences en matière de culture et extraction et celles de vulgarisation et formation . Laboratoire d’huile essentielle, commerces , acheteurs d'huile essentielle
  • Réelle : enfants des 43 familles (152) , autres membres des familles ( 129), techniciens agricoles ( 4) , élèves du centre de formation agricole (10 ) , ingénieurs de la société Jacarandas qui ont participé au projet, renforçant leurs compétences en matière de culture et de distillation ( 5) , familles qui font du compost pour les jardins familiaux alors qu'avant cette pratique n'existait pas ( 28)
Explication des écarts:
Pas d'écart

Activités menées

Formation, accompagnement et suivi des membres pour créer des groupements de paysans et les consolider : Mise en place du bureau , conduite de réunion et tenue d’un cahier de gestion des groupements , élaboration participative de règlement intérieur, de fiches de projet, de calendriers de réalisation des opérations, de cahiers d' évaluation des actions mises en place dans le projet, Développement des capacités d'entraide - du 01/12/2014 au 30/09/2015
Pour tout groupement Tsinjo Aina, il faut créer un bureau, élaborer un règlement intérieur puisque c'est un des principes fondamental de TA afin de fixer les règles.

Pour le RI, une trame est donnée et chaque groupement l'adapte en fonction de ses souhaits : date de mise en place, membres du groupement, définition des objectifs, gestion du groupement ( entrée ou sortie des adhérents), élection des membres du bureau, échéance assemblée générale, structure du groupement, membres du bureau, cotisations pour l'épargne commune, mise en place des actions communes, entraide rotative, gestion de l'épargne ( qui en bénéficie, échéance, remboursement), solidarité en cas de maladie, décès, mariage.

Les six groupements ont élaboré un règlement intérieur mis au point lors d plusieurs réunions et ont un bureau
( au minimum un président, un trésorier et un secrétaire). Les six groupements sont opérationnels et consolidés .


Formations , appuis conseils et suivis sur le terrain pour préparer les boutures et les terrains afin d’assurer les meilleures conditions de culture du géranium et le maintien de la fertilité des sols: Réalisation de boutures , Construction d'une pépinière, Préparation des sols (labour, hersage, billonnage) , Formations, appuis conseils et suivis pour maintenir la fertilité des sols par développement d’engrais verts - du 01/12/2014 au 31/12/2015
Avant l'implantation de la culture dans leurs propres exploitations, chaque membre du groupement a participé , en alternance avec les formations , à l'ensemble des travaux sur la plantation Tsinjo Aina car il fallait associer cours théoriques et pratiques.
Ils savent donc tous préparer les terrains, faire du compost, ont des fosses à compost.
Ils savent aussi faire les boutures selon la nouvelle méthode , en ont fait sur la plantation TA et sont opérationnels dans leurs plantations; mais ils continueront à être encadrés par l'équipe de formateurs et le chef de projet au delà de la fin du projet.
Mise en place de la culture du géranium : - Formation, appui conseil aux paysans pour la plantation du géranium, l’entretien des plants (sarclage, paillage après chaque récolte), la fertilisation au guano, la réalisation des récoltes aux bons moments et l'élaboration de bouturages pour constituer une pépinière en vue des futures extensions - Fourniture et plantation de géranium - Mise à disposition de guano pour fertiliser les sols - du 01/11/2014 au 31/12/2016
Les familles des groupements ont travaillé dans la plantation TA et ont reçu une formation théorique ( 75 jours) mais surtout pratique pour mener à bien la culture du géranium et faire les boutures nécessaires à une future extension.

Les agriculteurs ont les compétences nécessaires pour cultiver le géranium et étendre leurs parcelles.
La surface cultivée doit augmenter d’année en année mais il est trop tôt pour vérifier ceci.
Néanmoins, depuis que la distillation sur la plantation TA a eu lieu, des familles n'appartenant pas aux groupements "géranium" ou des familles de groupements d'autres villages demandent des boutures. Elles seront mises à leur disposition lorsque la totalité du projet sera terminée, à savoir les 100 000 plants.
Concernant la plantation TA, elle sera étendue au-delà des 50 000 plants car l'acheteur d'huile essentielle a de gros besoins de cette essence et n'en trouve pas à Madagascar, compte tenu de la qualité médiocre fournie par la majorité des coopératives et du manque de régularité de fourniture du produit.
Si les bénéficiaires du projet fournissent régulièrement une excellente qualité d'HE, la vente ne posera aucun problème.


Formation à utiliser l’alambic , à extraire l’huile essentielle et à vendre la production Construction du bâtiment pour abriter l'alambic Achat et installation de l’alambic - du 01/05/2015 au 31/12/2016
L'utilisation de l'alambic est pointue et ce sont les techniciens TA, avec le chef de projet local qui font fonctionner l’alambic.

A l'avenir, l'achat d'un alambic mobile est prévu, permettant de le déplacer dans les différents villages lorsque la culture du géranium s'étendra. Dans tous les cas, les paysans seront accompagnés par l'équipe TA lors de chaque distillation .
TA dispose d'un condenseur en réserve et le coût d'un autre alambic sera faible.

Pour l'instant, les paysans n'ont pas encore distillé leur production car leur culture est trop récente mais ils sont formés à la gestion de l'exploitation familiale, comme dans tous les groupements TSINJO AINA
Elaboration par ménage d’un cahier de production, d’une fiche d’activité et d’un calendrier de production annuel Formation à la mesure de la rentabilité et de la durabilité de la culture du géranium - du 01/10/2015 au 30/11/2016
Chaque groupement dispose d'un cahier de production, de fiches d'activité et de calendrier de culture et plus tard, lorsque la distillation sera proche de calendrier de production afin de mesurer la rentabilité et la périodicité.
La distillation chez les paysans sera dans 5 mois, début octobre.
Comme tous les groupements TA, chaque famille a bénéficié d'une formation sur le budget familial et il leur a bien été indiqué que le géranium est une des activités qui permettra l'augmentation des revenus du ménage dans le but d'améliorer leurs cultures maraîchères et surtout de scolariser les enfants, objectif prioritaire de Tsinjo Aina et AFM.

Reboisement afin que la culture du géranium fortement consommatrice en bois de chauffage laisse un bilan écologique positif. Élaboration chaque année d'une pépinière de 3 000 eucalyptus et mimosas - Plantation des boutures sur les terres appartenant au District ecclésial de Ihazolava. Ces plantations représenteront au bout de 4 ans 12 Ha - Entretien de la pépinière et de la plantation par les paysans. - du 01/11/2014 au 15/08/2016
La production de bois nécessaire à l’alimentation de l’alambic conduit à un maintien, voir un accroissement de la forêt existante grâce à la mise en œuvre de 15 ha plantés

Effets

Effets du projet positifs prévus

La mise en place de la totalité des infrastructures a été réussie dans les délais impartis en respectant le budget malgré l'ajout de postes supplémentaires car des économies ont été recherchées sur d'autres postes. Les familles concernées par le projet ont bénéficié de techniques culturales, notamment avec le compostage, qui dépassent le cadre du projet géranium car les fosses à compost servent également pour les cultures maraîchères. Il en est de même pour les puits qui permettent également l'arrosage des jardins pendant la période sèche. La constitution des groupements a permis aux bénéficiaires d'adopter les principes de Tsinjo Aina (solidarité, entraide, travaux en commun). En visitant et formant les familles aux techniques du géranium, les techniciens regardent les autres cultures, l'élevage de volailles et conseillent pour que les familles adoptent des méthodes plus productives. D'autres familles du village ou d'autres villages souhaitent mettre en place la culture du géranium. Le projet a permis l'amélioration de l'environnement avec reboisement et lutte contre les feux de brousse par sensibilisation des bénéficiaires. Depuis la mise en place des groupements, aucun feu dans le village n'a été enregistré. Les enfants des groupements sont scolarisés à 100% alors que dans les familles ne participant pas aux groupements TA, le taux est de 60% seulement. Ceci est une des conditions imposées aux groupements dès leur constitution.

Effets du projet positifs imprévus

Lors de la création du projet géranium, la construction d'un centre agricole n'était pas encore envisagée. Les jeunes formés dans ce centre rudimentaire ont participé à la culture et multiplication du géranium, ajoutant ainsi une autre filière de production à leur formation. Dans un cas, une élève est la fille d'un membre du groupement et à la sortie de la formation, elle appliquera ses connaissances sur cette AGR et deviendra un relais de vulgarisation supplémentaire dans le village. L'ingénieur agronome malgache connaissait les besoins en huile essentielle mais ne connaissait pas d'entreprise susceptible d'en acheter. Il a rapidement trouvé la société Jacarandas, grand exportateur d'essences, qui l'a accompagné tout au long du projet et surtout lors de la première distillation.

Effets du projet négatifs prévus

La résistance au changement était prévue et s'est bien confirmée car les paysans sont en principe assez méfiants et fermés à toute nouvelle technique ou filière mais la confiance s'est instaurée quand ils ont constaté les résultats sur les parcelles de Tsinjo Aina. Les conditions climatiques sont prises en comptes dans tout projet agricole mais il est à noter que le cyclone du 17/1/2015 suivi d'inondations importantes jusqu'à fin mars a été exceptionnel et particulièrement dévastateur avec 25 000 boutures perdues et une partie de la plantation. Ceci explique en partie le retard pris sur le projet. Puis le gel a sévi mais maintenant les techniques de lutte contre le gel sont maîtrisées avec l'élaboration de billonnages, le paillage et l’arrosage.

Effets du projet négatifs imprévus

L'importance des investissements visibles sur le site a entraîné des jalousies et le vol de boutures. Rapidement, le chef de projet local a demandé le renforcement de l'équipe logeant sur place et un petit bâtiment supplémentaire, non supporté par le budget du projet géranium mais par AFM, a été construit. Ainsi une famille vit sur place ainsi que trois techniciens et l'ingénieur lorsqu'il est dans le district. Au dessus de l'abri alambic, un logement sera construit pour héberger un gardien. Il sera financé en partie par AFM et en partie par Tsinjo Aina. En 2012, un français avait tenté de lancer la culture du géranium et a fourni des boutures aux familles à qui il a "acheté" la production sans jamais les indemniser. Cela s'est su et de nombreuses familles sont encore très réticentes, craignant que ceci se reproduise avec Tsinjo Aina. Au cours des deux dernières missions, des échanges ont permis de leur redonner confiance et lors de la mission d'avril 2016, toutes les familles interrogées semblaient confiantes, sauf dans un groupement dans lequel sur 18 familles, trois seulement cultivent pour le moment le géranium. Mais la situation devrait évoluer rapidement, après la première distillation des paysans et le paiement de la quantité produite. Ceci a entraîné du retard dans la mise en place de la plantation chez les paysans mais le mercredi 27/4/2016, lors de la distillation d'une partie de la plantation TA, nombreuses étaient les personnes et j' en ai reconnu certaines qui avaient manifesté des craintes. On peut espérer que certains vont vite changer d’avis.

Apprentissages et leçons tirées

À Madagascar de nombreux gros projets menés par des associations n'ont pas aboutis ou ne sont pas durables à long terme mais avec ce petit projet géranium, un noyau de développement a été créé pour les villages environnants du site de Kélilalina aussi bien en matière de culture du géranium que des autres techniques agricoles (agriculture et élevage de volailles). Par contre AFM a mal évalué la durée du projet ; en effet la bibliographie existante est irréaliste car en 18 mois , il est impossible de produire du géranium pour obtenir un chiffre d'affaires de 14 800 euros avec 50 000 pieds comme nous l'avions prévu. La directrice de Jacarandas, Madame Mima Chateauneuf, a précisé lors de la mission d'octobre 2015 que le retour sur investissement ne pouvait intervenir qu'après au moins deux ans et demi. De plus les inondations pendant un trimestre début 2015 ont considérablement retardé le projet. Mais compte tenu des recherches, expériences menées par l'ingénieur agronome et du renforcement des capacités de l’équipe, on peut aujourd'hui affirmer que l'opération sera très rentable à partir de l'année 2017, avec un chiffre d'affaire intéressant, sauf conditions climatiques exceptionnelles. L'association Tsinjo Aina, avec 50 000 plants produira un chiffre d'affaires annuel de 20 000 euros minimum qui pourra lui permettre : - D'améliorer et sécuriser les installations existantes qui sont encore sommaires (lors de la distillation d'une durée de 4 heures environ du 27/4/2016, pendant ma mission, trois femmes ont transporté par seaux 8 m3 d'eau puisée dans le puits. Un système par pompage d'eau et tuyaux amenant l'eau du puits à l'alambic est envisagé. De même les échelles pour charger les alambics sont sommaires et des plates formes seront installées dans les meilleurs délais. Des couvertures entourent les alambics alors qu'une protection avec laine de verre ou bâti autour des alambics et remplissage de sable serait plus adapté. - De mener dans le district d'Ambatolampy des actions de développement rural selon le modèle des vitrines agricoles qui existent dans trois villages du district depuis le 1/1/2016, les six autres étant mises en place progressivement. - D'améliorer les installations sommaires du site de vie de Kélilalina où l'équipe de techniciens et l’ingénieur vivent dans des conditions très sommaires (cuisine, douche, latrines) Le chef de projet local prévoit d'organiser des séances au sein de l'équipe pour faire la capitalisation du projet géranium et de transmettre son rapport au CITE et à la DRDR. En conclusion, lors de la mission d'avril , ont pu être confirmés l'efficacité de la méthode des groupements Tsinjo Aina, la qualité de l'équipe de développement rural composée du chef de projet, ingénieur agronome, d'un technicien confirmé ayant un niveau BTS agricole, de trois autres techniciens formés au cours des années précédentes dans les écoles de Bevalala et Tombotsoa. Sur la promotion des dix élèves formés cette année sur le site, on peut estimer qu'au moins cinq d'entre eux ont la volonté et les capacités à devenir d'excellents relais de formation dans le district d'Ambatolampy. La combinaison des trois projets ( AGR géranium, vitrines agricoles et centre de formation) constituent un ensemble très cohérent permettant de générer une synergie importante car ils s'enrichissent mutuellement. L'ensemble des actions entreprises dont on commence déjà à constater le rayonnement au delà du projet Géranium devrait rapidement contribuer à sortir les familles volontaires de l'extrême précarité , leur permettant ainsi de scolariser la totalité de leurs enfants, objectif primordial de Tsinjo Aina et AFM.

Projets similaires

Sécurité Alimentaire

Printemps 2016
Budget : 28000€
Thématique : Agriculture
Pays : Cameroun
Je découvre

Renforcement des capacités des femmes en micro-agriculture durable

Agriculture 2014
Budget : 19879€
Thématique : Agriculture
Pays : Sénégal
Je découvre

Appui à la régénération caféière dans le Sud d’Haiti

Agriculture 2014
Budget : 31909€
Thématique : Agriculture
Pays : Haïti
Je découvre

Commentaires