Mission de rencontre et d’évaluation au Burkina Faso

Servane Bourgeault, chargée de mission accès aux financements, est partie en mission d’évaluation au Burkina Faso du 23 janvier au 6 février 2019.

L’objectif était de rencontrer les associations porteuses de microprojets soutenus par l’AMP afin d’en évaluer les impacts et le fonctionnement, et d’échanger avec les acteurs civils et institutionnels impliqués.

Cette mission s’est déroulée dans les régions centre et centre-sud du Burkina, auprès de 6 associations à raison de deux jours passés en moyenne par association, pour un total de 8 microprojets évalués (à Ouagadougou, Tangassogo, Béré, Tuili et Ponsomtenga).

Servane a pu réaliser une partie de la mission avec Zaliatou Galbané, une ingénieure burkinabè spécialisée dans le domaine de l’eau et l’assainissement, qui fut une thématique très présente dans les initiatives rencontrées. Sa connaissance et ses nombreuses expériences dans le domaine ont permis d’apporter des conseils et un autre regard sur les projets, notamment sur le plan technique.

Si cette mission fut si enrichissante, c’est notamment grâce à la qualité des échanges avec les acteurs locaux et à la découverte sur le terrain de ces initiatives solidaires aujourd’hui autonomes. Elles sont le fruit d’une synergie dynamique entre différents groupes d’acteurs engagés pour l’amélioration des conditions de vie des populations bénéficiaires.

Ces microprojets sont le résultat de l’expertise des association porteuses sur les thématiques concernées, ainsi que de leur excellente connaissance du contexte local. Ces initiatives ont toutes demandé un important investissement en main d’oeuvre et en temps, mais les résultats observés aujourd’hui confirment que ces microprojets atteignent des résultats sans précédents dans les localités correspondantes, de par leur impact positif non seulement sur les populations directement concernées, mais également à l’échelle communale, voire provinciale.

Cette mission fut également une nouvelle opportunité pour l’AMP de capitaliser sur des bonnes pratiques et des innovations. Voici un état des lieux des microprojets évalués :

Association Projection (Ouagadougou) : L’intégration des jeunes dans les microprojets avec VIMAPRO

Le projet « Vidange Manuelle Propre » (VIMAPRO) à l’initative de l’association Projection est un projet pilote très prometteur. Face aux problématiques de l’assainissement à Ouagadougou (et dans le reste du pays), l’association et ses partenaires locaux font un plaidoyer auprès des Ministères concernés pour structurer le secteur de la vidange manuelle. Ils oeuvrent également pour améliorer directement les conditions de travail des vidangeurs manuels, à travers des formations et équipements adaptés.

Ce projet, entièrement porté par des jeunes de moins de 30 ans, est un brillant exemple qui démontre une fois de plus la force de la jeunesse dans les microprojets, de par leur dynamisme, innovation et capacités à assumer de grandes responsabilités.

 

Diin Lama France (Tangassogo, province du Nahouri) : La capacité de fédérer l’ensemble des bénéficiaires autour des enjeux d’accès à l’eau

Forte d’une longue expérience sur le terrain et d’un partenariat fructueux, l’association Diin Lama entame un nouveau projet dans la localité de Tangassogo, près de Tiébélé (frontière avec le Ghana). Il s’agit de construire 20 blocs de latrines autour des nombreuses concessions du village, et de développer par la suite un réseau d’assainissement.

Ce projet a démarré début janvier et met l’accent sur l’importance de la contribution des bénéficiaires du projet. Ces derniers ont participé activement à la réalisation des latrines en creusant, dans des sols souvent très durs et rocailleux, des trous de plus de deux mètres de profondeur pour accueillir les fosses. Cette contribution en nature, en parallèle d’une inclusion des bénéficiaires pour toutes les décisions à prendre dans le projet, garantit l’ancrage local du projet ainsi que son acceptation par les bénéficiaires : deux facteurs indispensables à sa réussite sur le long terme.

 

Groupe Etival Solidarité Tiers Monde (Béré, province Zoundwéogo) : l’effet multiplicateur du projet l’accès à l’eau

GESTM, en partenariat avec Eau Vive Burkina, travaille en étroite collaboration avec les 21 villages de la commune de Béré pour améliorer l’accès à l’eau à travers la construction de forages et le renforcement des capacités des acteurs locaux (Association des Usagers de l’Eau, Mairie, Conseil Villageois de Développement, etc.) et de leurs interactions pour la bonne gestion de ces infrastructures.

Si l’amélioration de l’accès à l’eau pour les habitants de ces villages, l’objectif à la base de cette action, a bien été atteint, les retombées de ce projet vont au-delà des attentes : les femmes des villages ont pu développer une Activité Génératrice de Revenus (AGR) grâce au temps économisé sur la distance réduite du forage. Les produits cultivés et vendus ont dès lors créé un marché local qui devient aujourd’hui une référence dans la commune dont l’économie locale se dynamise chaque jour davantage.

On retrouve ici l’une des grandes forces du microprojet comme facteur du développement  » vers le haut «  : l’effet multiplicateur, où un petit investissement initial, en l’occurence celui des forages, agit comme effet de levier sur les autres domaines du développement (agriculture, éducation, assainissement, etc.) et engage dès lors un processus durable qui tend à prendre de l’ampleur.

 

Les amis de Tuili (commune de Kombissiri) : le théâtre, un outil de sensibilisation innovant

Cette association a mis en place un projet d’amélioration de l’accès à l’eau dans les villages de Tuili . Première grande étape dans la mise en place d’un réseau d’assainissement pérenne et autonome, la sensibilisation  des bénéficiaires peut s’avérer complexe et peu efficiente.

En alliant l’utile à l’agréable, les Amis de Tuili ont rapidement pu sensibiliser l’ensemble des personnes concernées à la bonne gestion d’un forage en faisant appel à une troupe de théâtre. Les comédiens ont alors organisé des représentations interactives avec le public. Des sujets tels que l’enjeu des cotisations individuelles, le rôle de l’AUE (association des usagers de l’eau) et l’entretien des forages y étaient traités dans un spectacle qui mélangeait humour et bonne humeur tout en laissant un espace de parole et de débat aux spectateurs.

 

Association Explo (Ponsomtenga) : l’environnement au coeur des enjeux de souveraineté alimentaire et économique

Financé en 2013, le projet d’agroforesterie de l’association Explo accueille aujourd’hui diverses activités génératrices de revenus (AGR). La mise en place d’un forage à pompage solaire ainsi que d’une citerne a permis de disposer des ressources hydriques nécessaires au reboisement de 3,5ha de terrain. Ce reboisement avait pour but de rendre le sol moins vulnérable à l’érosion et de donner quelques espaces d’ombres aux plantations du potager. Les récoltes offrent ainsi des perspectives d’autonomisation alimentaire et ont amené un groupement de femmes à créer une AGR de production de beurre de karité.

L’attention portée sur la préservation de l’environnement dans ce microprojet permet de créer des synergies entre valorisation de la biodiversité locale et l’incubation d’initiatives solidaires, porteuses de changements durables.

 

Afrika tiss (Ouagadougou) : Le potentiel réplicable d’un entreprenariat féminin

L’association Afrika Tiss a réussi à relever le défi de créer une nouvelle source de revenus pour un groupement de femmes, tout en favorisant leur montée en compétences. Après avoir investit dans l’achat de métiers à tisser, l’association a organisé des sessions de formation en couture, en tissage puis en gestion d’une activité économique aux 35 femmes concernées.

Les produits fabriqués, alliant qualité et savoir-faire local, connaissent un succès grandissant qui a conduit à développer une nouvelle activité pour les tisserandes : devenir à leur tour des formatrices pour intervenir auprès d’autres organisations similaires. Ceci va ainsi favoriser l’émergence de nouvelles initiatives solidaires et contribuer à améliorer les conditions de vie de femmes vivant dans la précarité.

Servane Bourgeault,

Chargée de mission accompagnement et financement à l’Agence Micro Projets

Vous pouvez consulter la cartographie des projets soutenus par l’AMP en cliquant sur le lien suivant : https://www.agencemicroprojets.org/observatoire/les-fiches-projets/accueil

 

Partagez cette actualité

Commentaires